Vendredi 3 février

20h30 : ouverture des portes - 21h : début du concert
Salle de concert
Le Club

Tarifs

Super réduit : 9 €
Réduit : 12 €
Prévente : 15 €
Sur place : 18 €

OAI STAR

Punk marseillais

Le groupe marseillais a été formé au début du siècle (le XXIe hein, pas celui d’avant) par Lux Botté et Gari, deux des MCs du Massilia Sound System, qui voulaient laisser s’exprimer leur côté punk. Depuis, il n’a jamais dévié de sa route, même après le décès brutal de Lux en 2008. Gari a repris le flambeau, sans oublier l’influence de son alter ego. « Lux était la star et moi son premier ministre. Il est toujours présent. Je lui demande de valider tout ce que fait le groupe » assure-t-il, très sérieux. Cette fois, c’est la rencontre avec Neskoh Hadzimuratovic, guitariste bosnien installé à Marseille, qui déclenche la flamme. Les confinements, la Zemmourisation des esprits, les faux débats sur les réseaux sociaux… Face à tout ce qui ronge la société, Gari et Nesko partagent l’envie d’un disque exutoire et de titres qui puissent enflammer les scènes et rapprocher les gens. « Fouta Nobis Pacem » (Foutez-nous la paix), premier extrait de l’album, résume ce ras-le-bol face à l’angoisse sécuritaire des diffuseurs de néant : « Même à l’Ehpad, on nous enverra les douaniers » grince Gari. 

ULTRAMOULE

(1ère partie)

Punk à chattes

Trio lyonnais décalé à la frontière de plusieurs esthétiques Ariette, Butch et Konda se revendiquent du Punk à chattes et du Gangsista rap. C’est un savoureux mélange de Lauryn Hill, Nova Twins, Giedré, des Béruriers Noirs et des Beastie Boys, rien que ça ! Loufoque, hystérique et enragé, depuis sa création au printemps 2018 Ultramoule s’est vu enflammer les salles et conquérir, leur énergie est contagieuse, l’épidémie se répand.

Ultramoule c’est un groupe engagé, qui milite pour les droits de toustes, avec des titres qui libèrent la parole, qui font réfléchir, qui font rire et qui font danser aussi, parce que c’est cool de danser. Parfois c’est moins rigolo, parce que certains sujets donnent moins envie de rire et tu te prends un mur de son qui t’envoie au plancher.